Besoins fondamentaux, acte 5 “Le maintien de la température”

La thermorégulation représente l’ensemble des processus permettant à l’homme de maintenir sa température interne dans des limites normales (autour de 37°C) quel que soit son niveau métabolique ou la température du milieu ambiant.

Elle repose sur un équilibre constant entre les apports et les pertes de chaleur.

C’est l’Hypotalamus qui est le centre de contrôle de la thermorégulation .

La thermorégulation s’effectue selon deux mécanismes : la thermogénèse et la thermolyse :

• La thermogénèse est un mécanisme qui permet la production de chaleur. Elle est le résultat de l’activité cellulaire et/ou d’une activité musculaire génératrice de chaleur.

• La thermolyse est un mécanisme qui permet l’éliminationde la chaleur.

Divers processus physiques entrent en jeu :

– la radiation : perte de chaleur sous forme d’ondes calorifiques,

– elle représente 60 % des pertes de chaleur ;

– la convection : refroidissement du corps par les courants d’air : 15 % ;

– la conduction : perte de chaleur par contact direct avec un objet, cela représente 3 % ;

– l’évaporation : perte de chaleur qui s’effectue grâce à la transpiration et à la respiration : cela correspond à 22 % de la chaleur éliminée.

Toute personne peut être concernée par des troubles de la régulation thermique ; cependant les personnes âgées ainsi que les enfants y sont les plus sensibles. Les enfants parfois par immaturité de leur centre de thermorégulation et les personnes âgées par vieillissement physiologique des éléments nerveux et diminution de l’efficacité des mécanismes de la thermorégulation.

L’un des motifs de consultations récurrents chez les naturopathes est les « bouffées de chaleur » associées à la ménopause.

Le déséquilibre hormonal (baisse de la FSH) de la ménopause provoque un dérèglement du mécanisme de la thermorégulation et entraîne des bouffées de chaleur.

Caractérisées par une sensation de chaleur intense qui envahit soudain le décolleté, le cou, puis monte ensuite au visage, les bouffées de chaleur s’accompagnent éventuellement de rougeur et de transpiration. Elles durent entre 30 secondes et quelques minutes, et sont souvent suivies de sueurs froides. Ces épisodes se répétant parfois jusqu’à 15 à 20 fois par jour peuvent incommoder certaines femmes au point de les empêcher de travailler.

Pendant la nuit, des suées prennent le relais, réveillant les femmes, les obligeant à se changer, voire à changer les draps, entraînant parfois des insomnies. Ces « mini-canicules » passagères ne sont pas dangereuses, mais peuvent devenir une véritable source de fatigue et de dépression.

Dans le cadre d’un accompagnement naturopathique, une anamnèse et bilan de vitalité sera toujours réalisé afin de proposer un programme d’hygiène vitale individualisé.

Afin d’accompagner la cliente dans sa problématique de bouffées de chaleur, des plantes pourront être proposées : mélisse, mélilot et cassis. D’autres seront conseillées en fonction des déficits :

  • en œstrogènes  : sauge, cyprès, marjolaine, houblon,…
  • en progestérones : achillée, gattilier, réglisse,…

=> tout en tenant compte des contre-indications (par exemple : en cas d’antécédent de cancer hormonaux dépendant).

L’exercice physique, l’activité sexuelle dynamique, les bains hyperthermiques et les hammams seront régulièrement préconisés dans cette recherche d’équilibre de la thermorégulation lors de la ménopause.

Catégories : Mes articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *